4 principes pour réussir dans le trading de volatilité

01 Août

4 principes pour réussir dans le trading de volatilité

On a tous déjà entendu au moins une fois les proverbes classiques qui s’appliquent au trading en général comme “Coupez vos pertes rapidement et laissez courir vos gains” et plein d’autres. Mais quels sont les éléments qui peuvent vous donner un avantage dans le trading assez spécifique de la volatilité ?

Je vous détaille 4 principes à respecter lorsque vous tradez sur la volatilité

 

1. Réagir plutôt que prédire

Personne ne peut prédire l’avenir et beaucoup de traders se stressent sur des choses dont ils n’ont pas la maîtrise. Comment va évoluer l’index VIX ? Où sera telle ou telle action dans un mois ? Et ainsi de suite. Mais avec un peu d’expérience en trading sur la volatilité, on apprend que l’on a pas besoin de se préoccuper de cela pour générer de l’argent.

Cela ne sert à rien de se préoccuper des choses sur lesquelles nous n’avons aucun contrôle. Occupons-nous plutôt de nous focaliser sur les choses qu’on peut maîtriser.

Puisqu’on ne peut pas prédire le futur, on va mettre zéro effort sur la prédiction. Cela comprend les prédictions sur la direction de l’évolution des actions, le moment où le VIX va exploser, ou les objectifs de cours sur les ETFs que vous tradez.

Notre effort, on va plutôt le mettre sur l’analyse des éléments clés du trading de volatilité comme le roll-yield (différence exprimée en pourcentage entre l’index VIX et le future VX1 qui expire le mois prochain), le contango (différence exprimée en pourcentage entre le future VX2 qui expire dans 2 mois et le future VX1 qui expire le mois prochain) et la forme de la term structure (contango ou backwardation). Avec un peu d’expérience et de formation on apprend à savoir quand ces indicateurs sont en notre faveur et augmentent notre probabilité de réaliser des gains. A quel moment il faut investir et à quel moment il faut rester en dehors du marché.

On ne peut pas deviner quelles seront les performances de notre investissement, en tous cas le fait de se raccrocher à des critères tangibles aide à supprimer le stress de se dire qu’il faut toujours anticiper le marché et tenter de prédire son évolution.

 

2. Se placer dans une mentalité long-terme

L’évolution des cours des trackers ETF/ETN relatifs à la volatilité est liée sur le court terme par les évolutions de l’index VIX mais sur le long terme c’est vraiment l’évolution de la prime de risque (ou contango) qui drive ces ETFs (notamment le VXX et le XIV).

Pour rappel, le fonctionnement des trackers VIX, que ce soit le XIV ou le VXX est similaire. Chaque fonds possède un mécanisme de roulement quotidien (“rolling yield”) afin de maintenir une maturité constante de 30 jours pour refléter le VIX qui correspond à l’anticipation de la volatilité implicite sur 30 jours. Les fonds ETFs qui sont donc investis sur les contrats futures des 2 mois les plus proches opèrent un mécanisme de roulement. Le fonds détient un mix du contrat future 1 mois et du contrat future 2 mois. Chaque jour le fonds vend une portion de sa participation dans le contrat future du mois le plus proche et achète en remplacement une portion du mois suivant afin de garder une maturité de 30 jours constante.

Par exemple  au 2 septembre 2016, le contrat Septembre 2016 (expiration au 20/09) cotait 13,945 et le contrat Octobre 2016 (expiration au 18/10) cotait 16,355, puisque le tracker VIX (code VXX) vise à maintenir une maturité constante de 30 jours, ce fonds va vendre chaque jour un pourcentage de contrats futures du mois de septembre 2016 pour acheter du contrat d’octobre 2016. Au 2 septembre le fonds détenait donc 41,85% de contrats septembre et 58,15% de contrats octobre et à l’expiration du contrat septembre, le 20/09, le fonds détiendra 100% de contrats octobre et commencera ensuite à basculer sur le contrat novembre 2016. Pour connaitre la composition quotidienne du VXX, on peut consulter le site de l’émetteur du tracker :

Composition du VXX

 

 

Puisque les trackers XIV et VXX sont liés à l’évolution des futures du mois 1 (VX1) et à l’évolution des futures du mois 2 (VX2) du fait même de leur composition, le contango joue un rôle essentiel.

Le contango c’est simplement la différence entre le VX1 et le VX2 exprimée en pourcentage : (VX2/VX1) – 1.

Tant que le contango est positif (donc que le mois 1 est inférieur au mois 2) et élevé, cela signifie que le XIV va croître automatiquement même si le S&P500, le taux spot du VIX et les futures VIX restent stables sur la journée. Par exemple, si le contango est à 10%, cela va entraîner une augmentation automatique du XIV de 0,5% sous réserve que le VIX n’ait pas bougé. Pourquoi 0,5% ? Parce que vous divisez le contango par le nombre de jours de trading du VX1 avant qu’il n’expire puisque chaque jour une portion de VX2 sera vendue pour acheter le VX1 (« sell high buy low »).

Un mois classique comprend 20 jours de trading. Donc si le contango s’élève à 10% et qu’il y a 20 jours ouvrés de trading sur le future VX1, vous divisez 10% par 20 et vous obtenez 0,5%. Imaginons que le future de janvier cote à 20, expire le 18 janvier, le future de février cote à 22. Le contango est bien de 10% (22/20-1) et chaque jour le XIV va vendre du février à 22 et racheter du janvier à 20 et donc progresser de 0,5% par jour en vendant à un cours plus élevé (22) que le cours racheté (20).

Si le contango est élevé, on peut s’attendre à ce que le XIV continue d’augmenter alors que le S&P 500 stagne, c’est ce qui explique que sur le long terme le XIV surperforme largement le S&P 500.

La performance du trading sur la volatilité sur le long terme vient essentiellement du contango. Les gains sur le long terme lorsque le contango est en votre faveur vont largement compenser les éventuelles pertes à court terme liées aux soubresauts du VIX sur le court terme.

C’est pour ça que le trading sur la volatilité doit être effectué dans une perspective de long terme (plusieurs années), notre objectif n’est pas de gagner chaque bataille (les évolutions du VIX) mais de gagner la guerre grâce à la courbe des VIX futures (contango).

 

3. Pouvoir supporter les pertes momentanées (“drawdowns”)

On vient de le voir, le trading sur la volatilité suppose une approche long termiste et de ne pas se préoccuper d’essayer de prévoir les mouvements à court terme (réagir plutôt que prédire). Dans ce cas, vous allez inévitablement rencontrer des évolutions à la baisse et connaitre des pertes momentanées (“drawdowns”). Cela ne représente un problème que si vous n’êtes pas préparé mentalement et financièrement à aborder ces périodes.

Si vous acceptez cette situation et en tenez compte dans votre approche et la mise en place de votre stratégie, alors cela vous libère l’esprit et vous permet d’être serein en sachant que sur le long terme vous allez capter des gains réguliers liés au contango.

Mentalement, c’est le principe le plus difficile à suivre et la raison pour laquelle un grand nombre de traders sur la volatilité échouent. De mon côté, c’est aussi clairement là où j’avais le plus de mal au début. Il n’est pas rare de voir des gains accumulés sur une période assez longue de quelques semaines partir en fumée en quelques heures. Mais je me rassure rapidement en regardant mes gains historiques et les longs backtests qui retracent plus de 12 ans d’historiques dans des conditions très diverses au cours de différentes périodes de marché. Et au final les drawdowns même s’ils existent sont largement et rapidement compensés par des gains récurrents et très importants.

Les drawdowns sont un mal nécessaire et généralement les longues périodes de gains finissent par une correction du marché qui modifie les indicateurs et donne des signals pour sortir de position. Mais finalement une petite correction de 2-3% après un gain de 20-20% voire beaucoup plus reste largement acceptable.

Dans la stratégie que j’utilise qui est en grande partie basée sur l’analyse du contango, je ne gagne que 63% de mes trades, ce qui peut paraître faible mais le gain moyen est de pratiquement 6% et la perte moyenne de 3,5% donc même en ne gagnant que 50% des trades je gagnerai toujours beaucoup plus. Et le plus gros gain est 4 fois plus important que la plus grosse perte.

 

4. Faible intervention humaine

Le dernier des 4 principes est quasiment aussi dur à tenir que le précédent. Il s’agit de ne pas suivre ses émotions et de se laisser driver par la stratégie qu’on a mise en place et de faire confiance aux indicateurs qui reflètent une situation toujours selon la même idée d’agir en réaction plutôt qu’en prédiction.

Si vous avez trouvé un bon système de trading avec lequel vous vous sentez à l’aise et qui repose sur une analyse rigoureuse et une routine bien en place et que ce système vous permet de capter des gains de manière régulière alors rendez vous service et prenez du recul et ne laissez pas vos émotions reprendre le dessus.

Vous devez résister à votre envie d’intervenir, surtout dans les périodes de drawdown, ne vous laissez pas envahir par les idées qui vous feraient penser que vous auriez pu mieux faire. Car vos émotions ne se basent que sur le court terme et une logique d’instinct qui n’a rien à faire dans la construction régulière de votre performance sur le long terme.

La seule exception admissible à ce principe c’est lorsque surviennent des événements avec des issues totalement binaires. Des événements qui offrent un ratio faible risque / gain et aucun avantage. Par exemple l’élection US ou le vote du Brexit sont de bons exemples car personne ne pouvait prédire l’issue et la volatilité n’était plus dictée par des fondamentaux mais allait dans un sens ou dans l’autre de manière incontrôlée. Dans ce cas mieux vaut attendre que les choses se recalent avant de reprendre une analyse classique.

 

J’ai partagé avec vous ces 4 principes, mais cette liste n’est pas exhaustive et je serais ravi d’échanger avec vous sur d’autres grands principes du trading, que ce soit sur la volatilité ou pas d’ailleurs !

Poster un commentaire